Santé de nos minets

  • Ovariectomie de chatte

    Association entre ovario-hystérectomie et incidence des tumeurs mammaires dans l’espèce féline

    L’effet de la stérilisation sur I’incidence des cancers mammaires dans l‘espèce féline est mesuré dans cet article* rapportant les résultats d’une étude clinique rétrospective.

    Lire la suite...


CHIOT CLINIQUE LANNELUC DRANCY L'arrivée d'un chiot dans notre foyer est un vrai moment de bonheur. Pour ne pas le gâcher, on peut compter à tout moment sur les bons conseils de son vétérinaire.

  

VACCINATIONS

Elles sont à commencer classiquement à partir de l'âge de 7 à 11 semaines (plus tôt dans certaines circonstances, notamment dans certains élevages ou chenils, il peut être nécessaire de multiplier les vaccins dès le très très jeune âge).

Le chiot ne devrait pas sortir avant d'avoir reçu ses premiers vaccins et leur rappel (sauf dans des endroits clos et/ou non fréquentés par des chiens non vaccinés). C'est une notion discutée, elle dépend du contexte épidémiologique local, de la présence fréquente ou non de chiens non vaccinés, de chiens malades, du climat, etc. Il est vrai que sortir précocement un chiot est favorable à sa familiarisation avec les bruits de circulation, les piétons. Cependant nous restons sur nos positions, sortir un chiot non entièrement vacciné présente des risques. 

Les chiens sont habituellement vaccinés contre la «Maladie de Carré», l'«Hépatite de Rubarth », les af­fections à Parainfluenza («toux de chenil»), la Parvovirose (gastro-entérite virale), les leptospiroses. Par principe de précaution, nous conseillons toujours de vacciner contre la rage sauf exception. Sauf la vaccination antirabique, les primovaccinations nécessitent un rappel 15 à 30 jours après la première injection. Mais le plus important est qu'une vaccination soit effectuée après l'âge de 11-12 semaines contre Parvovirose (gastro-entérite virale à parvovirus), Maladie de Carré et Hépatite de Rubarth. En effet, avant cet âge, les vaccins peuvent ne pas être efficaces à 100 % du fait de l'action des anticorps maternels absorbés dans les premières heures de la vie du chiot avec le colostrum, anticorps qui ne sont pas forcément complètement éliminés avant 10 à 12 semaines d'âge.

vaccin-age critique

Classiquement, nous ne commençons la vaccination contre les leptospiroses qu'à partir de 10-11 semaines d'âge. La vaccination antirabique se fait en une seule injection, en France obligatoirement après l'âge de 3 mois.

Pour assurer une protection continue contre les différentes maladies, un rappel annuel général est indispensable, même (et surtout !) pour les chiens âgés. Pour la validité légale du vaccin antirabique, la date de rappel doit être strictement respectée.

Le vaccin contre la piroplasmose, maladie transmise par les tiques, n'entre pas dans notre protocole de vaccination classique car son intérêt en Région parisienne n'est pas toujours évident, son efficacité n'est pas à 100 % (malgré son prix) alors même que les moyens de lutte anti-tiques sont bien au point. Et les tiques peuvent trans­mettre des maladies (ehrlichiose, borréliose, hépatozoonose) parfois plus graves que la piroplasmose.

La vaccination contre le tétanos n'est habituellement pratiquée que pour des cas particuliers, chiens "à risque", chiens de centre équestre, de maraîchers, ferrailleurs...

Un vaccin contre la leishmaniose, maladie transmise par les moustiques, existe depuis 2011. Il est conseillé en complément des mesures classiques de lutte contre les moustiques pour les chiens fréquentant les zones à risque du pourtour méditerranéen et du Portugal. Il nécessite trois injections la première année puis un rappel annuel.


STÉRILISATION des CHIENNES

À partir de l'âge de 6 à 10 mois (souvent tardivement pour les grandes races), les chiennes ont une période d'œstrus ("chaleurs") d'une durée de 3 semaines, ordinairement tous les 6 mois. Contrairement à une idée  reçue, la maternité n'a aucune influence positive sur la santé d'une chienne.Pour des raisons de convenance mais aussi et surtout médicales, nous conseillons la stérilisation par ovariectomie est à envisager entre 4 et 6-7 mois d’âge (mais de toute façon avant la puberté) pour toutes les chiennes non destinées à la reproduction,.

Les avantages de l'ovariectomie sont nombreux : pas de fugues pendant les périodes de "chaleurs", pas d'insistance des chiens mâles du voisinage, pas de gestation non désirée. L'ovariectomie jeune est la seule prévention des tumeurs mammaires, avec 100 % d'efficacité en cas d'intervention avant la puberté. Elle supprime grossesses nerveuses, infections utérines, fibromes et tumeurs de l'utérus, kystes et tumeurs de l'ovaire. Une chienne sur quatre non ovariectomisée jeune aura une ou des tumeurs mammaires au cours de sa vie.

Les inconvénients en sont mineurs. La tendance à la prise de poids peut être combattue avec succès par une alimentation équilibrée adaptée. L'incontinence urinaire, de toute façon soignable, est exceptionnelle si l'intervention est pratiquée avant la puberté. Le changement éventuel de texture du poil (plus fin, plus fourni) est sans conséquences sur la santé.

NB : en France, la castration des jeunes chiens mâles n'est habituellement pas préconisée car, sans être nul, son intérêt médical n'est pas primordial pour eux.

IDENTIFICATION « PUCE » ou TATOUAGE

C’est une obligation légale pour les chiens. Et surtout l'identification est un moyen efficace d'affirmer sa propriété, de limiter les risques de perte, de vol, de trafic et enfin d'éviter l'euthanasie en cas de contact avec un animal suspecté de rage ou en cas de perte dans un département qui serait touché par la rage. Un médaillon avec numéro de téléphone est très utile avant la pose de la "puce" (ou avant le tatouage) et peut en être un complément intéressant.

Une identification officiellement reconnue est obligatoire. Le tatouage sous anesthésie générale est à faire dès que l'anesthésie est possible ou en profitant d'une opportunité, par exemple au moment de la stérilisation. La pose d'un insert électronique ("puce"), solution souvent recommandable et quasi obligatoire en cas de voyage à l’étranger, peut être réalisée sur un animal non endormi (comme une simple injection).

Signaler tout changement de téléphone, d'adresse ou de propriétaire au gestionnaire du fichier, SCC pour les chiens, SIEV pour les chats et furets.

TRAITEMENT ANTIPARASITAIRE EXTERNE : vermifugation

C'est le traitement contre les vers, parasites internes fréquents chez le chiot et non exceptionnels chez l'adulte. La vermifugation doit être effectuée avec un médicament bien toléré et polyvalent (c'est à dire actif sur toutes les espèces de vers), il doit éliminer les ascaris mais aussi et notamment les trichures, les ankylostomes et les vers de type "ténia". Il faut la renouveler tous les mois jusqu'à l'âge de 6 mois, ensuite chez l’adulte 2 fois par an ou plus en fonction du mode du vie.

La vermifugation des chiens adultes est utile pour eux mais aussi pour l'environnement de leur entourage humain, particulièrement s'il comporte des personnes à l'immunité moins affirmée comme enfants, malades sous traitement immunodépresseur, personnes très âgées.

HYGIÈNE

À condition d'utiliser un shampooing approprié (base lavante douce et pH neutre), un chien peut être lavé aussi souvent que nécessaire, une fois par mois ou plus si besoin (chiens blancs à poil long vivant en ville !). Les chiens à poil ras nécessitent assez peu de soins de la peau et de bains, les chiens à poil long doivent être peignés et brossés très régulièrement. Le premier toilettage peut être pratiqué dès la fin de la vaccination vers 4-5 mois. Dans certaines races aux conduits lacrymaux souvent défaillants (yorkshire, bichon) ou à la morphologie particulière (shar-peï, pékinois) des soins des yeux quotidiens doivent être exécutés avec un produit adéquat (Ocryl) qui peut aussi éviter le rougissement des poils blancs. Les oreilles doivent être épilées et nettoyées régulièrement, surtout pour les chiens à oreilles tombantes (type cocker). Un brossage dentaire régulier et précoce est conseillé pour les chiens des races naines sujettes au tartre dentaire (yorkshire, caniche, pékinois). Toute activité "masticatoire" (jouets, cordes) doit être encouragée.

TRAITEMENT ANTIPARASITAIRE EXTERNE : lutte contre puces, tiques, moustiques

Un traitement contre les parasites externes (puces, tiques) doit être effectué une fois par mois, tout au long de l'année, et même plus souvent en cas d'allergie aux piqûres de puce ou de lutte renforcée contre les tiques. Il faut parfois aussi combattre les aoûtats peu dangereux mais gênants. Enfin, en région méridionale (Sud-Est, Provence), au Portugal et dans les pays méditerranéens, il faut user d'un moyen de défense contre les phlébotomes, moustiques susceptibles de transmettre de graves maladies comme leishmaniose ou dirofilariose (ver du cœur).

PROPRETÉ

Elle doit s'apprendre précocement en récompensant immédiatement le chiot qui se soulage à l'endroit prévu (balcon, jardin, caniveau, etc.). Dès que possible (vaccination complète) le chiot doit être habitué à faire ses besoins à l'extérieur. Les punitions sont nocives chez le très jeune chiot, chez le jeune elles n'ont de sens pour lui que si elles ont lieu immédiatement après (ou mieux pendant) la "faute". Au réveil et après chaque repas, il faut poser le chiot à l'endroit désiré et le caresser, récompenser juste après l'élimination, on crée ainsi un réflexe conditionné. Dès que le chiot pourra sortir, après chaque repas, on le sort en promenade, on le caresse après "élimination" mais on continue la promenade, afin qu'il ne comprenne pas à tort que besoin dehors = fin de la promenade = punition ! II ne faut pas "ramasser" devant le chiot car la position accroupie peut être prise pour un appel au jeu, donc une récompense ! Et l'instinct d'imitation peut pousser à la coprophagie. Il ne faut pas nettoyer à la Javel ou avec un produit ammoniaqué. Un chiot peut être propre à 4 mois, avec une autonomie restreinte et parfois de petits oublis.

Votre vétérinaire est le professionnel le plus qualifié
pour la santé de votre chien (soins et/ou conseils).

Docteur vétérinaire Bernard Lanneluc
 C.E.S. de diététique canine et féline
C.E.S. de dermatologie vétérinaire

Nos autres conseils